?lections r¨¦gionales : ces r¨¦gions o¨´ le RN a de r¨¦elles chances de l'emporter

?lections r¨¦gionales : ces r¨¦gions o¨´ le RN a de r¨¦elles chances de l'emporter

SCRUTINS DES 20 ET 27 JUIN - Marine Le Pen veut faire des ¨¦lections r¨¦gionales un tremplin pour la pr¨¦sidentielle de 2022. Paca, Hauts-de-France, Bourgogne-Franche-Comt¨¦... Zoom sur ces r¨¦gions tr¨¨s convoit¨¦es par le Rassemblement national.

Entre une gauche historiquement faible et une droite déchirée sur sa stratégie, les élections régionales semble offrir au Rassemblement national une fenêtre de tir unique, à moins d'un an de la présidentielle, pour imposer son image de premier parti d'opposition à Emmanuel Macron. 

Ce rendez-vous n'a pas échappé à Marine Le Pen. La candidate déclarée à la présidentielle a envoyé ses principaux lieutenants dans la bataille, espérant, pour la première fois dans l'histoire du parti, remporter au moins une région. La conquête d'un tel territoire constituerait en effet un tremplin inespéré pour le RN, toujours en quête d'un ancrage territorial durable malgré les conquêtes des élections municipales. Une région, en particulier, attire les regards : Paca, où le RN s'offre l'indiscutable statut de favori au premier tour. D'autres régions, toutefois, méritent un coup de projecteur. 

Toute l'info sur

Les ¨¦lections r¨¦gionales et d¨¦partementales 2021

Mariani aux portes du pouvoir en Paca

Ancien ministre de Nicolas Sarkozy rallié au RN, l'eurodéputé Thierry Mariani a de quoi se réjouir. Depuis plusieurs semaines, tous les sondages aboutissent au même résultat : le candidat du RN arriverait largement en tête du premier tour, le 20 juin prochain et serait susceptible de l'emporter au second, malgré la liste d'union de la droite concoctée par le président LR sortant, Renaud Muselier. 

Gratifié de plus de 40% des intentions de vote au premier tour, Thierry Mariani devancerait nettement la liste Muselier, bénéficiant notamment du soutien d'un tiers des anciens électeurs de François Fillon en 2017. Au second tour, le RN l'emporterait à tous les coups en cas de triangulaire avec la liste de gauche et serait au coude-à-coude avec Renaud Muselier au second tour en cas de désistement de la gauche. 

"En Paca, les Français peuvent envoyer un message fort en votant pour la liste d’union et de défense de l’intérêt général portée par Thierry Mariani, contre des manœuvres politiciennes d’un autre temps. Plus que jamais, l'espoir est permis", se réjouissait ainsi, le 26 mai, la présidente du RN.

Une dynamique en Bourgogne-Franche-Comt¨¦

La Bourgogne-Franche-Comté fait partie "du top 3" des régions gagnables par le RN, dixit Marine Le Pen. Pourquoi ? Parce que, dans un contexte politique régional d'alliances instables, le candidat du parti, Julien Odoul, surnage en tête des pronostics du premier tour. Un sondage cité mardi par plusieurs médias place la tête de liste RN à 30%, loin devant Gilles Platret (LR-DLF, 20%), qui a refusé toute alliance avec LaREM, et la présidente PS sortante Marie-Guite Dufay (19%). Au second tour, une quadrangulaire avec maintien de la liste LaREM de Denis Thuriot (15%), parfaitement envisageable, serait susceptible de consacrer la victoire du RN. Une triangulaire avec désistement de LaREM profiterait, en revanche, à Marie-Guite Dufay. À moins que, comme l'espère les Marcheurs, le désistement se fasse à l'inverse au profit du candidat LaREM, si ce dernier venait à devancer la présidente socialiste sortante. Dans tous les cas, le second tour s'annonce complexe et pourrait profiter au RN.

D'autres sondages, également commandés par des listes en lice, aboutiraient au même scénario d'une liste RN en tête au premier tour. "Il est sûr que nous avons failli gagner cette région la dernière fois, que la confiance des électeurs se fait de plus en plus solide, élection après élection", assurait Marine Le Pen lors d'une conférence de presse, le 25 mai. "Donc oui, bien sûr, la Bourgogne-Franche-Comté fait partie du top trois des régions gagnables."

Les Hauts-de-France, fief r¨ºv¨¦ mais loin d'¨ºtre gagn¨¦

La troisième région jugée gagnable par Marine Le Pen, ce sont bien sûr les Hauts-de-France, territoire où le RN a remporté localement plusieurs batailles au cours des précédentes élections. Cela fait plusieurs années que Marine Le Pen, politiquement ancrée à Hénin-Beaumont (Pas-de-Calais) - elle est colistière de Steeve Briois aux élections départementales dans ce canton -, rêve de remporter une victoire dans cet ancien fief de gauche. 

Les premières semaines de campagne du candidat RN Sébastien Chenu avaient d'ailleurs confirmé ces espoirs, ce dernier se plaçant systématiquement dans les roues du président sortant, Xavier Bertrand, dans les sondages du premier tour. Le 20 mai, notre enquête Ifop Fiducial pour LCI et Le Figaro donnait ainsi Xavier Bertrand en tête (35%), suivi de près par Sébastien Chenu (32%), loin devant les autres concurrents, dont la liste d'union de la gauche de Karima Delli (20%).

Pour autant, la faiblesse de la liste LaREM - malgré le parachutage de plusieurs ministres de premier plan - et la solidité du socle électoral de Xavier Bertrand ne semblent pas, pour l'heure, faire pencher la balance au profit du RN. Notre sondage montrait ainsi que le président sortant de la région était en mesure d'être réélu, y compris en cas de triangulaire avec la gauche, avec près de dix points d'avance sur Sébastien Chenu. 

Lire aussi

Tr¨¨s pr¨¦sent dans d'autres r¨¦gions

Les instances du RN se prennent à rêver d'autres victoires lors du scrutin des 20 et 27 juin. Si la victoire semble loin d'être acquise, le parti de Marine Le Pen semble en mesure d'arriver en tête au premier tour dans deux autres régions. 

En Occitanie, un sondage Ifop pour Europe 1 et La Tribune publié mardi donne en effet le candidat RN Jean-Paul Garraud en tête du premier tour, avec 30% des intentions de vote, devant la présidente socialiste sortante Carole Delga (26%), Aurélien Pradié (LR, 14%) et Vincent Terrail-Novès (LaREM, 13%). Au second tour, cependant, Carole Delga serait en mesure de conserver la région, quitte à ce que la différence se fasse dans le cadre d'un "troisième tour", au moment de l'élection du président de région. 

Dans le Grand-Est, une enquête remontant à fin avril plaçait également le candidat RN Laurent Jacobelli en tête au premier tour (28%), devant le président LR sortant Jean Rottner (24%), même si ce dernier n'avait encore lancé sa campagne à l'époque. 

Dans les Pays-de-la-Loire, un sondage cité mardi par Ouest-France donnerait la liste LR-UDI de la présidente sortante Christelle Morançais en tête d'un premier tour incertain (26%), devant le RN, les écologistes et LaREM, ex aequo à 21% des intentions de vote. Le candidat RN enregistrerait ainsi une progression de 5 points par rapport au mois de janvier. 

Dans d'autres régions, comme la Normandie, la Nouvelle-Aquitaine ou Auvergne-Rhône-Alpes, l'écart entre les présidents sortants et le candidat RN semble trop important pour qu'il y ait une surprise. Ce qui n'empêche pas de constater que le RN s'affiche particulièrement haut sur l'ensemble du territoire national à trois semaines du scrutin. 

Sur le m¨ºme sujet

Les articles les plus lus

EN DIRECT - Covid-19 : la Chine annonce avoir d¨¦pass¨¦ le milliard de citoyens enti¨¨rement vaccin¨¦s

Une Britannique d¨¦chue de sa nationalit¨¦ qui avait rejoint l'EI en Syrie supplie le Royaume-Uni de la laisser rentrer

Pluies et orages : 9 morts par noyade mercredi dans le sud de la France

EN DIRECT - Orages et inondations : plus aucun d¨¦partement en vigilance orange

EN DIRECT - D¨¦collage r¨¦ussi pour la premi¨¨re mission spatiale touristique de SpaceX

Lire et commenter
LE SAVIEZ-VOUS ?

Logo LCI d¨¦fend l'ambition d'une information gratuite, v¨¦rifi¨¦e et accessible ¨¤ tous grace aux revenus de la publicit¨¦ .

Pour nous aider ¨¤ maintenir ce service gratuit vous pouvez "modifier votre choix" et accepter tous les cookies.