Les hommes qui mangent de la viande rouge tous les jours sont plus souvent sexistes, selon une ¨¦tude

S.M
Publi¨¦ le 22 septembre 2022 ¨¤ 16h39
JT Perso

Source : 24H PUJADAS, L'info en questions

Les hommes qui consomment de la viande rouge au quotidien adh¨¨reraient davantage aux st¨¦r¨¦otypes sexistes.
C'est ce qui ressort d'une enqu¨ºte de l'Ifop, r¨¦alis¨¦e pour le m¨¦dia sp¨¦cialis¨¦ "Darwin Nutrition".

Le sujet pourrait remettre de l'huile sur le feu. Trois semaines après le "Barbecue Gate" de Sandrine Rousseau, qui avait provoqué un tollé en associant le barbecue à un "symbole de virilité masculine", un sondage de l'Ifop semble corroborer les propos très commentés de l'élue EELV.  Partant du constat - connu - que les hommes consomment près de deux fois plus de viande que les femmes, l'institut de sondage s'est penché sur la consommation de viande chez la gent masculine.

Dans son enquête, parue ce jeudi 22 septembre, réalisée pour le média spécialisé dans l'alimentation Darwin Nutrition, l'Ifop a interrogé 2033 hommes de plus de 18 ans sur leur rapport à la viande, au genre et à la politique. Il en ressort que les "viandards", les plus gros mangeurs de viande (ceux qui consomment des produits carnés au quotidien) adhèrent davantage aux stéréotypes sexistes. Des idées conservatrices qui vont de pair avec une idéologie le plus souvent à droite, voire à l'extrême droite de l'échiquier politique.

La viande rouge "renforce la masculinit¨¦"

Afin de dresser un profil de ces "viandards", l'Ifop a notamment fait réagir les personnes sondées à une dizaine de stéréotypes sexistes. 47% des consommateurs quotidiens de viande approuvent par exemple le fait qu'il est "normal" dans un couple que la femme effectue plus d'activités ménagères, contre 16% d'hommes qui ne mangent pas de viande, ou une fois par semaine. 

Pour 38% des "viandards", il est en outre gênant que leur femme gagne plus d'argent qu'eux, apprend-on encore, contre 12% pour les hommes consommant de la viande chaque semaine. Par ailleurs, 40% des hommes adhérant à la dizaine de stéréotypes sexistes testés par l’Ifop mangent du bœuf "tous les jours ou presque". 

Une r¨¦alit¨¦ "beaucoup plus nuanc¨¦e"

Pour certains, la consommation de viande rouge "renforce la masculinité en ingérant les propriétés viriles d’un aliment encore très codé socialement comme masculin", analyse François Kraus, chercheur à l'Ifop. "Or, cet état d’esprit va de pair avec un système de pensée profondément misogyne dans sa vision des rapports de genre."

Lire aussi

Pour autant, tous les amateurs de viande rouge ne sont pas macho, note l'étude. Interrogés sur le fait que les hommes s'occupent le plus souvent du barbecue, 62% des sondés jugent nécessaire une dévirilisation la consommation de la viande cuite au barbecue. Pour François Klaus, cela révèle le "hiatus existant entre la surréaction des réseaux sociaux aux propos de Sandrine Rousseau et la réalité d’une opinion masculine beaucoup plus nuancée sur le sujet"


S.M

Tout
TF1 Info