Inflation : les prix s'envolent

Pouvoir d'achat : le Parlement adopte d¨¦finitivement le second volet de mesures

A.B. avec AFP
Publi¨¦ le 4 ao?t 2022 ¨¤ 17h27, mis ¨¤ jour le 4 ao?t 2022 ¨¤ 18h56
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

L'Assembl¨¦e nationale puis le S¨¦nat ont adopt¨¦, ce jeudi, la fin du paquet pouvoir d'achat.
Un premier volet de mesures avait d¨¦j¨¤ ¨¦t¨¦ valid¨¦, mercredi, par le Parlement.

C'est la fin de trois semaines de débats acharnés. L'Assemblée nationale puis le Sénat ont définitivement adopté, jeudi, le second volet du texte sur le pouvoir d'achat. Les députés ont approuvé le budget rectifié pour 2022 par 292 voix contre 120, avec le soutien des Républicains et l'abstention du Rassemblement nationale. La gauche a voté contre, après une motion de rejet socialiste repoussée par l'Assemblée. 

Du côté du Palais Bourbon, les sénateurs ont approuvé le budget rectifié par 233 voix contre 97, avec le soutien notamment de LR, des centristes et du groupe RDPI à majorité En Marche. La gauche a voté contre. Le sujet était l'un des thèmes clés de la campagne présidentielle et le premier gros morceau de la mandature. 

Bouclier tarifaire et remise carburant au programme

Ce vote intervient après un premier volet validé mercredi, un texte "d'urgence" comprenant 20 milliards d'euros de dépenses. Celui voté jeudi figure quant à lui dans le projet de budget rectifié pour 2022 et contient des mesures pour faire face à l'inflation. Il est ainsi prévu d'ouvrir 44 milliards d'euros de crédits, dont 9,7 pour financer la renationalisation à 100% d'EDF. Sont également programmées la revalorisation du point d'indice des fonctionnaires, la suppression de la redevance audiovisuelle, la poursuite du bouclier tarifaire sur l'énergie et de la remise carburant à 30 centimes le litre en septembre-octobre puis 10 en novembre-décembre.

Lire aussi

Le ministre de l'Économie, Bruno Le Maire, a salué "une victoire politique" et "la démonstration que nous avançons". La Première ministre Elisabeth Borne a, de son côté, souligné sur Twitter les "compromis" qui se "construisent, au service des Français". Au cours de cette dernière séance à nouveau houleuse où les invectives ont fusé, le ministre des Comptes publics Gabriel Attal a lui critiqué une "dérive malheureuse d'une certaine gauche passée à l'extrême"

Ces derniers scrutins jeudi marquent la pause des travaux jusqu'à la rentrée. Il n'y aura pas de session extraordinaire en septembre pour la première fois depuis vingt ans, illustration de la volonté de mieux préparer les textes en amont.


A.B. avec AFP

Sur le
m¨ºme th¨¨me

Articles

Tout
TF1 Info