Guerre en Ukraine : des exactions au c?ur du conflit

Fusillade en Russie, fuite de la population, un possible nouveau charnier¡­ Le point sur la situation en Ukraine

Justine Briquet-Moreno avec AFP
Publi¨¦ le 27 septembre 2022 ¨¤ 6h08
JT Perso

Source : TF1 Info

Une fusillade a eu lieu dans un centre de recrutement en Sib¨¦rie.
De nombreux Russes continuent ¨¤ fuir pour ¨¦viter d'¨ºtre mobilis¨¦s.
Les faits marquants des derni¨¨res 24 heures.

Au 215ème jour de l'invasion russe en Ukraine, une fusillade a éclaté dans un centre de recrutement militaire situé dans la région d’Irkoutsk, en Sibérie. Le jeune homme de 25 ans qui a ouvert le feu, ce lundi 26 septembre, a blessé grièvement un officier qui travaillait dans le commissariat militaire. Une information confirmée par le Kremlin, alors que celui-ci est accusé de chercher à recruter prioritairement dans les zones pauvres et isolées. Pendant ce temps, de nombreux Russes tentent coûte que coûte de fuir le pays pour échapper à la mobilisation partielle récemment annoncée par Vladimir Poutine. De leur côté, les Ukrainiens enquêtent sur un possible nouveau charnier dans le nord-est du pays.

Lire aussi

Fusillade en Russie. Ce lundi 26 septembre, un homme a ouvert le feu lundi dans un centre de recrutement de l'armée russe  à Oust-Ilimsk, ville éloignée dans la région d'Irkoutsk, en Sibérie, blessant grièvement un officier qui y travaillait. Selon le Comité d’enquête russe, l'auteur présumé des faits est un jeune homme âgé de 25 ans qui a, depuis, été arrêté. La victime, elle, est actuellement hospitalisée dans un état très grave. "Les médecins se battent pour sa vie", a affirmé le gouverneur de la région d’Irkoutsk, Igor Kobzev. Même si aucune véritable indication n'a été donnée sur le mobile du crime, la mère du suspect a expliqué que ce dernier avait été très "peiné" d'apprendre la mobilisation de son meilleur ami, la veille. 

L'incident survient tandis que les manifestations contre la mobilisation partielle se sont multipliées ces dernier jours dans différentes régions défavorisées. Selon l'ONG OVD-Info, plus de 2300 personnes ont été interpellées depuis l'annonce de la mobilisation de réservistes, le 21 septembre dernier. 

Des d¨¦serteurs en masse aux fronti¨¨res

Exil massif. Des afflux de population ont été massivement signalés aux frontières de la Géorgie, de la Finlande, du Kazakhstan et de la Mongolie. Parmi les déserteurs interrogés sur place, tous confient leur souhait d'échapper au combat. Du côté de la Finlande, les gardes-frontières ont confié, ce lundi, avoir enregistré un record. Les entrées des Russes seraient deux fois plus importantes depuis l'annonce de la mobilisation "partielle" par Moscou.

"Ce week-end a été le plus chargé de l’année en termes de trafic depuis la frontière est", a déclaré Mert Sasioglu, un responsable de l’autorité frontalière. D’autres pays comme la Géorgie ou la Turquie sont également confrontés au même phénomène. Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a suggéré qu’une fermeture des frontières n’était pas exclue pour empêcher les départs des personnes en âge d'aller au front.

Enqu¨ºte sur un nouveau charnier ukrainien

Un nouveau charnier en Ukraine ? Un nouveau site présumé de charnier a été découvert près de la frontière russe, à Kozatcha Lopan, dans le nord-est de l’Ukraine. Les enquêteurs, dépêchés sur place, examinent actuellement le site présumé localisé dans une ferme industrielle de poulets abandonnée. Le nombre de cadavres qui reposent en ces lieux n'a toujours pas été révélé, mais militaires et responsables évoquent 90 à 100 corps sans donner davantage de détails.

Sur la chaîne américaine CBS ce dimanche, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a indiqué que Kiev avait découvert deux fosses communes supplémentaires, notamment "des grandes avec des centaines de personnes". Pour autant, il n’a pas précisé s’il faisait référence à celle de Kozatcha Lopan.

Cette macabre découverte intervient peu de temps après celle d'une autre fosse commune dans une forêt près de la ville d'Izioum. Sur place, les Ukrainiens ont découvert des centaines de tombes suite au départ des forces russes. Les autorités ukrainiennes ont récemment annoncé y avoir exhumé 447 cadavres dont 30 présentent des "signes de torture". Le parquet régional a précisé qu'il s'agissait de 425 civils, dont 5 enfants et 22 militaires ukrainiens.


Justine Briquet-Moreno avec AFP

Sur le
m¨ºme th¨¨me

Articles

Tout
TF1 Info