En difficult¨¦ en Ukraine, Poutine choisit l'escalade

300.000 soldats russes suppl¨¦mentaires en Ukraine, une mobilisation quasi-impossible

TG
Publi¨¦ le 22 septembre 2022 ¨¤ 16h09
JT Perso

Source : TF1 Info

Vladimir Poutine a d¨¦cr¨¦t¨¦ jeudi une mobilisation partielle, 300.000 r¨¦servistes ¨¦tant concern¨¦s.
Sauf que ces soldats ne pourront pas fouler le sol ukrainien avant plusieurs mois.
Notamment en raison de leur formation et du d¨¦fi logistique que repr¨¦sente une telle d¨¦cision.

Mobilisation réelle ou simple effet d'annonce ? Après sept mois d'un conflit qui tourne désormais en sa défaveur à l'est, Vladimir Poutine a décidé mercredi de réquisitionner des renforts. Le président russe l'assure : 300.000 réservistes vont être mobilisés en Ukraine. Reste à savoir combien d'entre eux vont réellement pénétrer sur le champ de bataille. Et d'ici combien de temps. 

Premier frein à l'élan guerrier du maitre du Kremlin : les importants problèmes de logistiques rencontrés depuis le 24 février et le début de l'invasion. L'ancienne armée soviétique a démontré de grandes difficultés à coordonner ses unités et ses armées (Terre, Air, Mer) et à déployer la logistique matérielle essentielle à la conduite des combats. Idem pour la circulation des ordres de l'état-major vers le terrain, ou la remontée des informations dans l'autre sens. 

Des doutes sur le profil des r¨¦servistes

Autre détail important : il existe en Russie un délai incompressible de trois mois entre l'émission de l'ordre de mobilisation et l'envoi du soldat formé au combat. Ce qui signifie que, concrètement, les soldats appelés ces jours-ci ne seront pas en Ukraine avant la fin décembre. Et l'arrivée de l'hiver, synonyme d'opérations offensives réduites au minimum.

En outre, de nombreux doutes existent sur le profil de ces réservistes. Si certains d'entre eux vont pouvoir être envoyés rapidement pour compléter des unités partiellement détruites et effectuer des tâches simples comme conduire des camions ou faire des patrouilles de surveillance, monter à l'assaut nécessite d'autres compétences. Or, depuis une quinzaine d'années, Moscou a réduit le temps de la conscription à un an et tenté de favoriser l'émergence d'une armée professionnelle à 80%. Mais dans les faits, les conscrits ne sont pas censés être envoyés au front. L'état-major est passé outre cette mesure pourtant gravée dans la loi, allant jusqu'à faire signer en Ukraine des contrats à des appelés devenus du jour au lendemain - sur le plan administratif au moins - des soldats professionnels.

Lire aussi

Dernière question qui reste en suspens : combien de ces réservistes seront-ils effectivement mobilisés ? Selon le ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, les 300.000 réservistes évoqués mercredi représentent "un peu plus de 1%" du nombre de personnes mobilisables dans le pays, estimé à quelque 25 millions de personnes. Dans les faits, ils pourraient être plus nombreux.

Selon Novaya Gazeta, une partie de l'ordre de "mobilisation partielle" signé mercredi par Vladimir Poutine n'a pas été rendu public. Il s'agit de l'article 7, consacré au nombre de citoyens russes concernés. Selon le média, jusqu'à un million de personnes pourraient, en réalité, être mobilisés par le Kremlin. 


TG

Sur le
m¨ºme th¨¨me

Articles

Tout
TF1 Info