?ruption volcanique en Islande : un village menac¨¦ par des gaz nocifs

A.B. avec AFP
Publi¨¦ le 5 ao?t 2022 ¨¤ 20h06
JT Perso

Source : Sujet TF1 Info

Des gaz nocifs s'¨¦chappent de la fissure volcanique apparue pr¨¨s de Reykjavik, en Islande.
Des ¨¦manations qui menacent de polluer l'air d'un village situ¨¦ ¨¤ proximit¨¦.
Elles risquent m¨ºme d'atteindre la capitale du pays.

Si le phénomène fascine, il peut également s'avérer dangereux. Vendredi, l'institut météorologique d'Islande (IMO) a alerté sur les gaz nocifs émanant de la fissure volcanique apparue en Islande, près de Reykjavik. Des émanations qui menacent de polluer l'air d'un village situé à proximité et qui pourraient même atteindre la capitale islandaise. 

L'IMO s'attend ainsi à une pollution de gaz particulièrement importante à Vogar, une commune d'un millier d'habitants située à environ cinq kilomètres au nord-est de Fagradalsfjall, vallée inhabitée où la lave jaillit. Des gaz qui pourraient arriver samedi sur Reykjavik, située à 40 kilomètres de la fissure. 

Plus inquiétant : les concentrations en dioxyde de souffre - qui peut affecter le système respiratoire, le fonctionnement des poumons et provoquer des irritations oculaires - pourraient atteindre jusqu'à 2600 microgrammes par mètres cubes, un niveau considéré comme "néfaste pour la santé des personnes sensibles", selon l'agence islandaise pour l'environnement. L'Office météorologique a toutefois avertit que les modélisations restaient incertaines "du fait du débit très inégal de l'éruption". 

Une situation encore instable

En effet, des mesures ont montré, ces derniers jours, que l'activité volcanique de la fissure avait réduit de moitié et que sa longueur avait diminué d'environ 200 mètres. Son débit, estimé au début de l'éruption mercredi à 32 mètres cubes par seconde, a été divisé par deux dès le lendemain. Il n'est aujourd'hui plus que d'environ 18 mètres cubes par seconde en moyenne, selon la dernière évaluation effectuée, jeudi. 

"Ce comportement est très similaire à ce que l’on observe habituellement lors des éruptions dans le pays : l’éruption est puissante au début puis s’atténue", écrit l’Institut des sciences de la Terre. Le champ de lave s’étendait hier sur 144.000 mètres carrés. La fissure volcanique, craquelure dans la terre d’où gicle le liquide visqueux à 1200°C, n’est toutefois plus aussi longue qu’à l’origine et s'étendrait désormais sur environ 130 mètres.

Lire aussi

Toutefois, la pression dans le dike - le tunnel magmatique alimentant l’éruption - ne serait pas équilibrée. Les géophysiciens craignent ainsi que le flux augment ou qu’une éruption commence à un nouvel emplacement. "De nouvelles fissures peuvent s'ouvrir à proximité immédiate du site de l'éruption dans un délai très court", met en garde l’Office météorologique d’Islande.


A.B. avec AFP

Tout
TF1 Info