Ukraine : une guerre sans fin

EN DIRECT - L'Ukraine et la Russie s'accusent mutuellement de frappes pr¨¨s d'un r¨¦acteur nucl¨¦aire de Zaporijjia

La r¨¦daction de TF1info
Publi¨¦ le 5 ao?t 2022 ¨¤ 7h30, mis ¨¤ jour le 6 ao?t 2022 ¨¤ 7h59
JT Perso

L'Ukraine a accus¨¦ vendredi les Russes de frappes pr¨¨s d'un r¨¦acteur nucl¨¦aire de la centrale de Zaporijjia (sud).
Le site est sous occupation russe depuis le d¨¦but de la guerre.
Suivez les derni¨¨res informations sur le conflit.

Merci d'avoir suivi ce direct, désormais terminé. Retrouvez les dernières informations sur la guerre en Ukraine et ses conséquences dans le live du samedi 6 août 2022.

DÉMISSION


Selon le Kiyv Independant, le chef d'Amnesty International en Ukraine a quitté ses fonctions ce vendredi. Une décision qui intervient après la publication d'un rapport de l'ONG reprochant aux militaires ukrainiens d'installer des bases dans des écoles et des hôpitaux et de lancer des attaques à partir de zones peuplées - une violation du "droit international humanitaire". Une enquête qui a provoqué la fureur de Kiev.

RESPONSABILITÉ


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a déclaré vendredi que la Russie devait "porter la responsabilité" pour "l'acte de terreur" à la centrale nucléaire ukrainienne de Zaporijjia tenue par l'armée russe, cible de frappes dont Kiev et Moscou s'accusent mutuellement. 


"Aujourd'hui, les occupants ont créé une autre situation extrêmement risquée pour toute l'Europe : ils ont frappé à deux reprises la centrale nucléaire de Zaporijjia. Tout bombardement de ce site est un crime éhonté, un acte de terreur (...) La Russie doit porter la responsabilité du fait même de créer une menace pour une centrale nucléaire", a déclaré M. Zelensky dans son adresse vidéo quotidienne. 

TERRORISME


L'armée russe accuse le régime de Zelensky de "terrorisme nucléaire". La Russie a rejeté vendredi sa responsabilité dans les frappes près d'un réacteur nucléaire de Zaporijjia, en Ukraine, en accusant à son tour le régime du président ukrainien Volodymyr Zelensky de "terrorisme nucléaire".


"Des formations armées ukrainiennes ont effectué trois frappes d'artillerie contre le territoire de la centrale nucléaire de Zaporijjia et de la ville d'Energodar", a affirmé l'armée russe dans un communiqué. Elle appelle "les organisations internationales à condamner les actions criminelles du régime de Zelensky qui effectue des actes de terrorisme nucléaire".

COOPÉRATION ÉNERGÉTIQUE 


Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan se sont mis d'accord vendredi pour renforcer la coopération énergétique et économique, à l'issue de leur rencontre à Sotchi (Russie). 


Les deux dirigeants se sont mis d'accord pour "renforcer les échanges commerciaux" entre leurs pays  et "d'aller à la rencontre des attentes mutuelles dans le domaine de l'économie et de l'énergie", précise le communiqué.

62 CANADIENS 


La Russie a annoncé vendredi interdire l'entrée sur son territoire à 62 Canadiens. Parmi lesquels des responsables politiques et militaires, des prêtres et des journalistes. Cette interdiction est une réponse aux récentes sanctions canadiennes ayant visé des personnalités russes.


Moscou a pris cette décision "compte tenu du caractère particulièrement hostile du régime du Premier ministre (canadien) Justin Trudeau", a expliqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. Le Canada a pris ces derniers mois une série de sanctions contre Moscou en raison du conflit ukrainien, qui ont visé notamment le patriarche Kirill, chef de l'Eglise orthodoxe russe.  


Sur cette liste figurent notamment le porte-parole du ministère canadien des Affaires étrangères, Adrien Blanchard, le prêtre catholique et rédacteur en chef de la revue Convivum, Raymond J. de Souza, le commandant du renseignement des forces armées canadiennes, Michael Charles Wright, ainsi que plusieurs conseillers de la vice-Première ministre canadienne Chrystia Freeland et un militant LGBT, Brent Hawkes.

ZAPORIJJIA 


L'Ukraine a accusé vendredi les Russes de frappes près d'un réacteur nucléaire de la centrale de Zaporijjia (sud). Sous occupation russe depuis le début de la guerre. 


"Trois frappes ont été signalées vendredi soir près d'un des réacteurs nucléaires", a annoncé sur Telegram la société d'Etat ukrainienne Energoatom, qui gère les centrales nucléaires du pays. "Il existe des risques de fuite d'hydrogène et de pulvérisation de substances radioactives. Le danger d'incendie est élevé", selon la même source qui n'a pas fait état de victimes dans un premier temps.


"Les conséquences possibles d'une frappe sur un réacteur en fonctionnement sont équivalentes à l'utilisation d'une bombe atomique", écrit le ministère ukrainien des Affaires étrangères dans un communiqué en appelant la communauté internationale à prendre "des mesures immédiates pour forcer la Russie à quitter la centrale" et à la "transférer sous le contrôle de l'Ukraine dans l'intérêt de la sécurité du monde entier".

UN ÉTAT INAMICAL


Les présidents russe et français n'ont pas eu d'entretien téléphonique depuis deux mois. La France est un pays "inamical" avec lequel des discussions ne sont actuellement pas "nécessaires", a déclaré vendredi le Kremlin.

BOMBARDEMENTS 


Selon Hanna Zamazieieva, chef du Conseil de l'oblast de Mykolaïv, la Russie a bombardé les quartiers de Balabanivka et Korabelnyi. À l'heure actuelle, le bilan s'élève à 22 blessés dans le bombardement russe de Mykolaïv, dont un garçon de 14 ans. 

PREMIER CHARGEMENT DE CÉRÉALES


Le navire transportant le premier chargement de céréales exporté par l'Ukraine, depuis l'invasion russe du 24 février, arrivera dimanche dans le port libanais de Tripoli. 


Le Razoni a quitté lundi le port ukrainien d'Odessa, sur la mer Noire, avec 26.000 tonnes de maïs. Mercredi, des experts turcs et russes ont inspecté le navire au large d'Istanbul.


L'agence de presse libanaise NNA a indiqué que son arrivée était prévue dimanche, tandis que le porte-parole de l'ambassade ukrainienne au Liban a précisé à l'AFP que le cargo devait accoster à "10H du matin" (07H00 GMT).

AMNESTY INTERNATIONAL 


Amnesty International a affirmé ce vendredi assumer pleinement son rapport reprochant à l'armée ukrainienne de mettre en danger des civils dans sa résistance à l'invasion russe. Ce rapport reprochait notamment l'installation des infrastructures militaires dans des zones habitées. Il a été très vite violemment rejeté par Kiev.


"Nous maintenons pleinement nos conclusions", a déclaré la secrétaire générale de l'ONG, Agnès Callamard, à l'AFP par courrier électronique, soulignant qu'elles étaient "fondées sur des preuves obtenues lors d'investigations de grande ampleur" et déplorant la réaction des autorités ukrainiennes.

RÔLE DE LA TURQUIE


Lors de cette réunion entre le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan, le maître du Kremlin a tenu à souligner le rôle important de la Turquie.  


"Grâce à votre participation directe et à la médiation du secrétariat de l'ONU, le problème lié aux livraisons des céréales ukrainiennes en provenance des ports de la mer Noire a été réglé. Les livraisons ont déjà commencé, et je voudrais vous en remercier", a-t-il indiqué.


De son côté, le président turc souhaite discuter de la Syrie où Ankara menace de lancer une opération militaire contre des groupes kurdes qu'il qualifie de "terroristes", ce à quoi Moscou s'oppose.

COUVRE-FEU


Le gouverneur de la région de Mykolaïv, dans le sud de l'Ukraine, constamment bombardée, a annoncé vendredi un couvre-feu dans la capitale régionale. Cette nouvelle mesure est en vigueur jusqu'à lundi matin. L'objectif est de  neutraliser les "collaborateurs" des Russes.


"J'ai signé un décret sur le couvre-feu qui sera instauré de 23H00 (20H00 GMT) vendredi jusqu'à 05H00 lundi", a informé le gouverneur Vitali Kim dans une adresse vidéo sur sa chaîne Telegram. 


"Nous allons faire le nécessaire, y compris concernant les collaborateurs" des Russes, a-t-il ajouté.


Il avait déjà promis en juillet une prime de 100 dollars pour des informations permettant d'identifier les gens qui "révèlent aux occupants les lieux de déploiement des troupes ukrainiennes."

POUTINE ET ERDOGAN


Le président russe Vladimir Poutine souhaite la signature d'un accord pour renforcer la coopération économique avec la Turquie. Il a par ailleurs accueilli son homologue turc Recep Tayyip Erdogan à Sotchi, dans le sud de la Russie.


"J'espère que nous pourrons signer aujourd'hui un mémorandum sur le renforcement de nos liens économiques et commerciaux", a indiqué Vladimir Poutine, au début de la rencontre avec Recep Tayyip Erdogan, retransmise à la télévision russe.


De son côté, le président turc veut "ouvrir une nouvelle page" dans les relations Turquie-Russie.

RELATION "INAMICALE" DU KREMLIN AVEC L'ELYSEE


Vladimir Poutine et Emmanuel Macron ne se sont plus parlés depuis le 28 mai au téléphone, car la France est un pays avec lequel des discussions ne sont actuellement pas "nécessaires", considère le Kremlin. "La France est un Etat inamical au regard des actions qu’elle prend concernant notre pays", a déclaré à la presse Dmitri Peskov, le porte-parole du Kremlin, en réponse à une question sur l’absence d’échange téléphonique récent entre les deux dirigeants, qui s’étaient parlé à plusieurs reprises au début de l’année. "Si la nécessité se fait sentir, ils peuvent s’appeler dans la minute", a affirmé M. Peskov.

H&M À MOSCOU


Le géant suédois vide ses stocks avant son retrait définitif de Russie. H&M avait suspendu ses ventes début mars, après l'invasion en Ukraine. Le groupe, qui emploie 6000 personnes en Russie, organise un désengagement progressif du pays.

PLUS DE 6 MILLIARDS D'UAH POUR L'UKRAINE


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a affirmé sur son compte Telegram que le montant total des contributions caritatives pour l'Ukraine a franchi la barre des 6 milliards d'hryvnia, la devise locale (160 millions d'euros).

14 DIPLOMATES BULGARES EXPULSÉS


La Russie a annoncé l'expulsion de 14 diplomates bulgares en représailles à des mesures de rétorsion prises par Sofia contre Moscou. "Cette mesure est une réponse à la décision totalement injustifiée de la partie bulgare de déclarer persona non grata 70 employés de nos institutions à l'étranger, et d'instaurer des quotas sur le personnel diplomatique, administratif et technique de la Russie en Bulgarie", a dit la diplomatie russe dans un communiqué.


Elle ajoute que cette mesure est également une réponse à la fermeture temporaire du consulat russe de la ville bulgare de Roussé. "La responsabilité de ces dernières mesures contreproductives repose entièrement sur le gouvernement bulgare", a ajouté la diplomatie russe.

AIDE CANADIENNE EN UKRAINE


Le Canada a autorisé le déploiement de son personnel des Forces armées pour former de nouvelles recrues dans l'armée ukrainienne, d'après une annonce de la ministre de la Défense canadienne, Anita Anand. 


En tout, 225 membres des forces armées canadiennes seront envoyés au Royaume-Uni pour cette formation auprès de nouvelles recrues ukrainiennes. 

RECUL DES PRIX MONDIAUX DES PRODUITS ALIMENTAIRES 


Les prix mondiaux des denrées alimentaires ont nettement fléchi en juillet, tirés vers le bas par les prix des céréales et des huiles végétales, a annoncé vendredi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).


Après un plus haut historique atteint en mars à la suite de l'invasion de l'Ukraine, l'indice FAO du prix des denrées alimentaires, qui suit la variation des cours internationaux d'un panier de produits de base, se rétracte de 8,6% sur un mois, marquant une quatrième baisse consécutive. Il se maintient toutefois à des niveaux élevés, s'établissant à 140,9 points en juillet, avec une hausse de 13,1% sur un an par rapport à juin 2021, souligne l'agence.

BRITNEY GRINER


Les Etats-Unis vont "continuer" à discuter avec la Russie au sujet d'un échange de prisonniers impliquant la basketteuse américaine Brittney Griner, a déclaré vendredi le secrétaire d'Etat Antony Blinken.

CHANGEMENT DE TON DE MACRON


Interrogé dans la matinale de LCI, le député Modem Jean-Louis Bourlanges, et président de la commission des affaires étrangères de l'Assemblée, revient sur le changement de ton de Macron vis à vis de Poutine. "Le président de la République a fait tous les efforts possibles avant le déclenchement de la guerre. Puis après, pour essayer d’amener Poutine à revenir sur cette action insensée et indéfendable" explique-t-il. 


"Il -Macron - a constaté que ses efforts étaient vains. Pour l’instant l’urgence est d’aider les ukrainiens à résister, de leur donner les moyens de faire face à une offensive d’une brutalité inouïe. Elle consiste à détruire tout, et d’occuper sur un désert. Emmanuel Macron est confronté à cette vérité qu’il ne peut pas dissimuler. Mais à la fin des fins il faudra, dans les conditions posées par nos amis ukrainiens, causer" déroule-t-il. 

SÉCURITÉ COMPROMISE À ZAPORIJIA


La Russie compromet probablement la sécurité de la centrale nucléaire Zaporijia, sous contrôle russe depuis mars, selon les services de renseignement britanniques. Dans son briefing quotidien, le renseignement indique que même si les intentions de la Russie concernant l'usine restent floues, "les actions qu'elle a entreprises dans l'installation ont probablement compromis la sécurité et la sûreté des opérations normales de l'usine".


"Les forces russes ont probablement utilisé la zone d'installation plus large, en particulier la ville adjacente d'Enerhodar, pour reposer leurs forces, en utilisant le statut protégé de la centrale nucléaire pour réduire le risque pour leur équipement et leur personnel des attaques ukrainiennes nocturnes", ajoute le ministère.

AMNESTY


Dans un rapport, l'ONG reproche à l'Ukraine de mettre en danger des civils dans le conflit avec la Russie. Des accusations qui suscitent la colère de Kiev. Zelensky estime qu'Amnesty International "transfère la responsabilité de l'agresseur à la victime".

International
Guerre en Ukraine : Zelensky fulmine contre Amnesty International

Guerre en Ukraine : Zelensky fulmine contre Amnesty International

BRITNEY GRINER


Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, a indiqué vendredi que Moscou était disposé à discuter avec Washington d'un échange de prisonniers impliquant la basketeuse Brittney Griner, via un canal de communication au niveau présidentiel.


"Nous sommes prêts à discuter de ce sujet, mais seulement dans le cadre du canal (de communication) qui a été convenu par les présidents (Vladimir) Poutine et (Joe) Biden", a indiqué M. Lavrov, lors d'une conférence de presse depuis le Cambodge.

CÉRÉALES : TROIS NOUVEAUX BATEAUX ONT QUITTE L'UKRAINE


Trois nouveaux chargements de céréales ont quitté l'Ukraine en convoi vendredi matin, entamant une série de rotations régulières pour ravitailler les marchés agricoles, grâce à l'accord international signé en juillet, a annoncé le ministère turc de la Défense. Ces trois bâtiments, chargés de maïs, desserviront l'Irlande, l'Angleterre et la Turquie, a précisé le ministère dans un communiqué.


Ils progressent sous l'œil du Centre de coordination conjointe (CCC) établi à Istanbul aux termes de l'accord international signé à Istanbul le 22 juillet. La Russie et l'Ukraine ont signé deux accords séparés. L'accord a également été paraphé par la Turquie et les Nations unies. Il permet les exportations de céréales ukrainiennes bloquées par la guerre depuis le 24 février.


Le Navistar, battant pavillon panaméen, a quitté Odessa pour l'Irlande avec 33.000 tonnes de maïs.


Le Rojen, sous pavillon maltais, fait route vers l'Angleterre depuis le port de Tchernomorsk avec 13.000 tonnes.


Le CCC avait précisé dans la nuit la destination des bateaux, Ringaskiddy en Irlande et Teesport au Royaume-Uni.

CÉRÉALES : INSPECTION DES BATEAUX


Une équipe d'inspecteurs en Turquie a commencé vendredi à vérifier un cargo vide avant qu'il ne parte chercher des céréales dans le port ukrainien de Chornomorsk dans le cadre d'un accord visant à relancer les exportations de céréales ukrainiennes, a déclaré le ministère turc de la Défense.


Le ministère a publié sur Twitter des photos montrant l'équipe d'inspection montant à bord d'un bateau pour se diriger vers le cargo général Fulmar S battant pavillon de la Barbade, qui était à l'ancre dans la mer Noire juste au nord du détroit du Bosphore à Istanbul.

CONTRE-OFFENSIVE UKRAINIENNE 


Dans son rapport cartographié quotidien, l'Institut pour l'étude de la guerre (ISW) estime que l'Ukraine force probablement la Russie à changer de priorités en raison de la contre-offensive ukrainienne, forçant Moscou à se repositionner au sud du pays notamment. 

BRITNEY GRINER 


Sur son compte Twitter la ligue de football féminine américaine a posté une vidéo de soutien à Britney Griner, la basketteuse condamnée à 9 ans de prison en Russie. Les images montrent son équipe qui observe 42 secondes de silence.

RETOUR DE LA JOURNALISTE ANTI-GUERRE OSVIANNIKOVA EN RUSSIE


Quatre procès et une arrestation. Depuis son retour en Russie, la journaliste Marina Ovsiannikova subit les intimidations du pouvoir et redouble d'efforts, face aux critiques, pour prouver la sincérité de son opposition au conflit en Ukraine. Le 14 mars, elle a interrompu en direct le journal de la première chaîne russe où elle travaillait, Pervy Kanal, avec une pancarte contre l'offensive lancée par Vladimir Poutine. Un geste qui a fait le tour du monde et changé sa vie.


Après ce coup d'éclat, elle avait annoncé qu'elle resterait en Russie, mais a finalement rejoint pour trois mois le média Die Welt en Allemagne. Pendant son absence, son ex-mari, un employé de la chaîne pro-Kremlin RT, l'a poursuivie en justice pour la priver de la garde de ses deux enfants et l'empêcher de les emmener à l'étranger.


Par conséquent, Marina Ovsiannikova, 44 ans, affirme à l'AFP avoir pris "la difficile décision" de rentrer en Russie début juillet.

undefinedundefinedALEXANDER NEMENOV / AFP

NOUVELLE RENCONTRE POUTINE-ERDOGAN VENDREDI  


Trois semaines après leur entretien à Téhéran, le chef de l'Etat turc retrouve son homologue russe à Sotchi sur la mer Noire, fort de son récent succès diplomatique qui a favorisé l'accord international sur la reprise des exportations de céréales ukrainiennes via le Bosphore. A Téhéran, le mois dernier, il a été clairement mis en garde par le président russe contre toute nouvelle opération militaire en Syrie visant à repousser les combattants kurdes du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan et ses alliés.


Pour les analystes, ces tensions récurrentes font partie de la "coopération compétitive", qui définit la relation entre les deux dirigeants depuis vingt ans.

CÉRÉALES : TROIS NOUVEAUX BATEAUX VONT QUITTER L'UKRAINE 


Les trois bateaux chargés au total de plus de 58.000 tonnes de maïs doivent quitter leurs ports respectifs ce vendredi matin, selon le ministre de la Défense turque.


Deux des navires partiront de Tchornomorsk, dans le sud du pays, et le troisième d'Odessa, comme le Razoni, qui a quitté ce port lundi. Les trois nouveaux chargements sont à destination de Karasu en Turquie, de Ringaskiddy en Irlande et de Teesport au Royaume-Uni.

L'EX-PRÉSIDENT UKRAINIEN SANCTIONNÉ PAR L'UE


L'Union européenne a imposé des sanctions à l'encontre de l'ancien président ukrainien pro-russe Viktor Ianoukovitch et de son fils Oleksandre "en réponse à l'agression militaire russe injustifiée à l'égard de l'Ukraine".


Ianoukovitch a présidé l'Ukraine de février 2010 à février 2014, date à laquelle il a été renversé par un soulèvement populaire contre le virage pris par son gouvernement, qui s'était détourné de l'Occident pour se rapprocher de Moscou. Une défaite à laquelle Poutine avait réagi, en s'emparant de la Crimée et d'une enclave dans le Donbass.


L'UE estime que M. Ianoukovitch, âgé de 72 ans et vivant en Russie, joue toujours "un rôle dans l'atteinte ou la menace de l'intégrité territoriale, de la souveraineté et de l'indépendance de l'Ukraine".  Il est accusé de comploter pour tenter de revenir au pouvoir en Ukraine si l'invasion russe parvient à renverser le président Volodymyr Zelensky.


Son fils a été placé sous sanction pour la même raison et pour avoir "effectué des transactions avec les groupes séparatistes de la région de Donbass". L'homme de 49 ans est accusé de s'être enrichi grâce à des connexions dans l'ancien régime de son père et de détenir des entreprises et des biens immobiliers dans les "républiques" auto-proclamées de Donetsk et de Lougansk

BRITNEY GRINER 


Un tribunal russe a condamné la star américaine du basket féminin Brittney Griner à neuf ans de prison pour trafic de drogue, une lourde peine qualifiée d'"inacceptable" par Joe Biden, qui ouvre la voie à un possible échange de prisonniers entre Moscou et Washington.


Arrêtée en février à Moscou avec une vapoteuse contenant du liquide à base de cannabis, peu avant l'offensive russe en Ukraine, la double championne olympique a été happée dans la crise géopolitique entre la Russie et les Etats-Unis.

undefinedundefinedEVGENIA NOVOZHENINA / POOL / AFP

FAUSSES PREUVES RUSSES ? 


Informations du renseignement américain à l'appui (et non rendues publiques) la Maison Blanche accuse la Russie de s'apprêter à créer de fausses preuves pour accuser l'Ukraine d'avoir bombardé la prison d'Olenivka où sont morts, le 29 juillet, des dizaines de prisonniers de guerre ukrainiens. Moscou et Kiev se rejettent la responsabilité de cette attaque, en territoire contrôlé par l'armée russe. 


Selon le porte-parole de la Maison-Blanche, Washington pense que les autorités russes vont incriminer un missile Himars, un système d'artillerie de haute précision livré par les Etats-Unis et devenu vital pour l'effort de guerre ukrainien, en disposant des fragments de missiles prétendument trouvé dans les gravats.

AMNESTY INTERNATIONAL


Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a accusé jeudi soir Amnesty International de "tenter d'amnistier l'Etat terroriste" de Russie, après que l'ONG a reproché à Kiev de mettre en danger des civils. Amnesty International "transfère la responsabilité de l'agresseur à la victime", a-t-il ajouté. Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, s'était dit "indigné" par les accusations "injustes" de l'ONG. 


Dans un rapport publié jeudi après une enquête de quatre mois, l'ONG a accusé l'armée ukrainienne d'établir des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et de lancer des attaques depuis des zones peuplées, une tactique qui viole selon elle le droit humanitaire international.

BIENVENUE 


Bonjour, et merci de nous rejoindre pour suivre, en direct, les informations du vendredi 5 août sur la guerre en Ukraine, plus de cinq mois après le début de l'invasion russe. Tout de suite, les "points chauds" de la nuit. 

Colère froide, ce jeudi, du président ukrainien Volodymyr Zelensky. Le chef de l'État a accusé Amnesty International de "tenter d'amnistier l'État terroriste" de Russie, après que l'ONG a reproché à Kiev de mettre en danger des civils dans le cadre de la guerre avec Moscou. Amnesty International "transfère la responsabilité de l'agresseur à la victime", a-t-il ajouté. Plus tôt dans la journée, le chef de la diplomatie ukrainienne, Dmytro Kouleba, s'était dit "indigné" par les accusations "injustes" de l'ONG.

Dans un rapport publié jeudi après une enquête de quatre mois, Amnesty a accusé l'armée ukrainienne d'établir des bases militaires dans des écoles et des hôpitaux et de lancer des attaques depuis des zones peuplées, une tactique qui viole selon elle le droit humanitaire international.

Des déclarations qui sont intervenues alors qu'une frappe russe a tué huit personnes et blessé quatre autres, jeudi matin, à Torestsk, près de la ligne de front est de l'Ukraine. "D'après les premières informations dont nous disposons, il s'agit d'un tir d'artillerie qui a atteint un arrêt de transport en commun où une foule attendait", a expliqué sur Telegram Pavlo Kyrylenko, gouverneur de la région de Donetsk.

Le cas Brittney Griner

Sur le plan diplomatique, la journée de jeudi a été marquée par la condamnation de la célèbre joueuse de bakset américaine Brittney Griner. La double championne olympique a écopé d'une peine de neuf de prison en Russie pour trafic de drogue. Une sanction lourde, qualifiée d'"inacceptable" par le président américain Joe Biden, qui ouvre la voie à un possible échange de prisonniers entre Moscou et Washington. Arrêtée en février à Moscou avec une vapoteuse contenant du liquide à base de cannabis, peu avant l'offensive russe en Ukraine, la double championne olympique a été happée dans la crise géopolitique entre la Russie et les États-Unis.

Lire aussi

Concernant la question des céréales, le ministre turc de la Défense Hulusi Akar a affirmé jeudi soir que trois nouveaux bateaux transportant des céréales allaient quitter l'Ukraine vendredi, a rapporté l'agence de presse étatique Anadolu. "Le départ des trois bateaux est planifié grâce au travail intensif du Centre de coordination conjointe", a affirmé le ministre. Les trois bateaux chargés au total de plus de 58.000 tonnes de maïs devraient quitter leurs ports respectifs vendredi matin, a ensuite précisé dans un communiqué le Centre de coordination conjointe qui supervise les exportations de céréales ukrainiennes.


La r¨¦daction de TF1info

Sur le
m¨ºme th¨¨me

Articles

Tout
TF1 Info