Br¨¦sil : Lula d¨¦fait Bolsonaro et revient au pouvoir

Br¨¦sil : une amende de 4,2 millions de dollars inflig¨¦e au parti de Bolsonaro pour "mauvaise foi"

CQ avec AFP
Publi¨¦ le 24 novembre 2022 ¨¤ 9h33
JT Perso

Source : TF1 Info

Un tribunal br¨¦silien a estim¨¦ que le parti de Bolsonaro faisait preuve de "mauvaise foi" en portant plainte contre le r¨¦sultat de l'¨¦lection.
Le Parti lib¨¦ral devra s'acquitter d'une amende de 4,2 millions de dollars apr¨¨s avoir demand¨¦ "l'invalidation des voix provenant des urnes ¨¦lectroniques".

C'est un véritable revers pour le parti de Jair Bolsonaro. Ce dernier a fait preuve de "mauvaise foi" en contestant les résultats de l'élection présidentielle, selon l'autorité électorale du Brésil. Le Tribunal supérieur électoral (TSE) a ainsi infligé une lourde amende au Parti libéral de 4,2 millions de dollars pour avoir déposé plainte, mardi 22 novembre. Le parti du président déchu demandait alors "l'invalidation des voix provenant des urnes électroniques pour lesquelles des dysfonctionnements insurmontables ont été mis au jour, et d'en tirer les conséquences juridiques pour les résultats du second tour". 

"Absence de preuves"

Pour justifier sa demande d'annulation, le Parti libéral a notamment estimé que le "mauvais fonctionnement" de cinq modèles d'urnes "remet en cause la transparence du processus électoral". Mais pour le TSE, aucun élément ne permet de juger en l'état d'une fraude du scrutin via le système électronique. Le jugement relève "l'absence de preuves et de circonstances justifiant la mise en place d'une vérification extraordinaire" des 280.000 urnes électroniques utilisées pour le vote. Les arguments présentés sont "absolument faux", a assuré Alexandre de Moraes, président du TSE.

Depuis que le candidat de gauche Lula a remporté le second tour de la présidentielle, le 30 octobre dernier, avec une petite majorité de 50,9%, des voix se sont élevées pour dénoncer une fraude et demander l'annulation du scrutin. Et comme ça a été le cas aux États-Unis pour les élections de mi-mandat, le vote électronique est depuis au cœur de nombreuses théories conspirationnistes. Sortant de son silence deux jours après les résultats, Jair Bolsonaro n'avait pas reconnu explicitement sa défaite mais avait autorisé "à débuter le processus de transition" avec Lula. 


CQ avec AFP

Tout
TF1 Info