Impact positif

Calanques : gr?ce aux quotas, la nature reprend progressivement ses droits

L¨¦a Tintillier | Reportage TF1 Paul G¨¦li, Henri-Paul Amar
Publi¨¦ le 26 ao?t 2022 ¨¤ 16h06, mis ¨¤ jour le 26 ao?t 2022 ¨¤ 16h16
JT Perso

Source : JT 13h Semaine

Les quotas exp¨¦riment¨¦s dans le parc national des Calanques avaient eu du mal ¨¤ passer au d¨¦but de l'¨¦t¨¦.
Mais gr?ce au syst¨¨me de r¨¦servation mis en place, l'environnement reprend progressivement ses droits.
Les (quelques) visiteurs sont conquis.

Au cœur de la Calanque de Sugiton, d'ordinaire souvent sur-fréquentée, des cormorans se la coulent douce. "C'est incroyable, on a un couple de cormorans, qui est là parce que la Calanque est apaisée. Il y a moins de bruit, il y a moins de monde", témoigne Alain Vincent, délégué à l'action territoriale du parc national des Calanques. Partout ici, la nature repend silencieusement ses droits. Les jeunes pins retrouvent leur forme naturelle. "C'est un bol d'espoir. Ils ont tous été couchés pendant dix ans et là, ils redressent la tête grâce à l'absence de piétinement", poursuit Alain Vincent. Par ailleurs, les sols se reverdissent lentement. "Avant la mise en place de ces petites barrières et avant la mise en place du filtrage, c'était tout cet espace qui était piétiné. Il n'y avait pas d'herbe à cet endroit-là", montre Alain dans le reportage du 13H de TF1 ci-dessus. 

Cet été, l'accès à la Calanque de Sugiton a été limité. Les visiteurs devaient réserver à l'avance et montrer patte blanche. Résultat : moins de 400 touristes par jour contre 2 500 d'habitude. Ce vendredi matin, Chloé ne reconnaît plus la Calanque qu'elle avait visitée autrefois. "Je ne me souvenais pas que c'était aussi vert en fait, aussi florissant et vert. C'est juste extraordinaire", affirme-t-elle. "Je préfère savoir que je dois réserver un à deux jours à l'avance plutôt que d'arriver avec quelque chose de complètement bondé, qui n'est ni bon pour la nature, ni agréable pour nous", ajoute un autre promeneur.

Moins de pollution constat¨¦e

 Les écogardes ont constaté moins de pollution et de comportements irrespectueux cette année. Le filtrage aide aussi à prendre conscience. "Il y a une démarche qui est différente. Les visiteurs ne peuvent pas venir en se disant juste qu'ils vont à la plage. Ce n'est pas juste une plage, c'est un parc national, c'est un environnement qui est exceptionnel et il y a besoin de le protéger", explique Fanny Bussiere, écogarde. 

Lire aussi

L'année prochaine, le filtrage pourrait être étendu à d'autres Calanques et sur une plus longue période. Le premier bilan est largement positif. "Le retour qu'on a de ceux qui étaient sur le site et qui l'avaient déjà fréquenté avant, nous disent que ça n'a plus rien à voir, ce sont vraiment les Calanques", se réjouit Didier Réault, président du parc. Cette initiative pourrait se développer ailleurs en France. Le parc des Calanques a déjà été contacté par plusieurs sites naturels intéressés par ce dispositif. 


L¨¦a Tintillier | Reportage TF1 Paul G¨¦li, Henri-Paul Amar

Tout
TF1 Info