Notre plan¨¨te

Cyclones, ouragans, typhons d¨¦vastateurs : pourquoi ce n'est qu'un d¨¦but...

Annick Berger
Publi¨¦ le 30 septembre 2022 ¨¤ 13h30
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

La saison des cyclones tropicaux bat son plein dans l'Atlantique et le Pacifique.
Ces derni¨¨res semaines, de violents ph¨¦nom¨¨nes ont touch¨¦ le Japon, le Canada et les ?tats-Unis.
Des ouragans et des typhons d¨¦vastateurs qui devraient s'intensifier en raison du changement climatique.

Des images impressionnantes de villes en Floride (États-Unis) totalement dévastées, une maison emportée dans l'océan au Canada et près d'une dizaine de morts au Japon. À travers le globe, la saison des cyclones tropicaux bat son plein et les phénomènes particulièrement violents se multiplient. Il faut dire que depuis quelques années, les saisons cycloniques - qui regroupent les ouragans dans l’Atlantique Nord et le Pacifique nord-est, les cyclones dans l'océan Indien et le Pacifique sud et les typhons dans le Pacifique Nord-ouest - semblent gagner en intensité.

La faute au changement climatique. En effet, alors que le nombre de cyclones tropicaux pourrait diminuer dans les années à venir, leur force, elle, pourrait être bien plus importante avec le réchauffement des températures. Selon une étude publiée en avril dernier dans Science Advance, d'ici à 2050, le changement climatique d'origine humaine va plus que doubler, en moyenne, la probabilité de cyclones tropicaux les plus intenses. 

Fort Myers en Floride vue du ciel apr¨¨s le passage de l'ouragan IanSource : TF1 Info
JT Perso

La faute aux oc¨¦ans

En moyenne aujourd'hui, entre 80 et 100 tempêtes et cyclones se forment chaque année dans le monde. Le plus souvent dans le nord-ouest du pacifique, dans le sud de l'océan Indien, le nord-est du Pacifique et l'Atlantique. Des tourbillons qui se forment et se transforment en cyclones tropicaux quand la température de la mer dépasse les 26 degrés sur 50 mètres de profondeur, l'atmosphère est instable et les vents relativement homogènes. 

Mais avec le changement climatique, la température moyenne à la surface des océans augmente. Or, un océan plus chaud stocke plus d'humidité à sa surface. Si cela ne facilite pas forcément la naissance de cyclones, cela leur permet de tirer davantage d'énergie pour se développer et présenter des vents plus puissants. Les observations sur les 30 dernières années montrent ainsi une baisse du nombre total de cyclones à travers le monde, mais une hausse de la proportion de ceux de catégories 4 et 5. Selon l'Organisation météorologique mondiale (OMM), cette proportion pourrait augmenter de 0 à 25% dans les années à venir. 

Une étude publiée par la revue Frontiers in Earth Science pointe de son côté que les ouragans et typhons pourraient doubler en puissance entre 2075 et 2099, notamment dans le nord-est du Pacifique. Leur durée moyenne pourrait augmenter de 56 %, ajoutant 4,9 heures supplémentaires aux tempêtes actuellement observées. En parallèle, ces tempêtes dévastatrices pourraient pénétrer plus loin dans les terres d'environ 92,4 kilomètres, soit une hausse de 50 %.

Des pr¨¦cipitations plus intenses

Les vents plus violents des cyclones tropicaux devraient également être accompagnés de précipitations plus intenses et abondantes. Et là aussi, le changement climatique est en cause. Mais cette fois, c'est le réchauffement de l'atmosphère qui est pointé du doigt : selon les experts, un degré de température en plus, c'est 7% de vapeur d'eau supplémentaire dans l'atmosphère. Une vapeur d'eau qui peut, ensuite et avec une situation météorologique favorable, retomber et provoquer d'importantes précipitations et inondations.

Lire aussi

Toutefois, ces observations restent encore à confirmer puisque d'autres phénomènes mal connus pourraient également jouer un rôle en amplifiant ou diminuant l'intensité des cyclones. C'est notamment le cas pour les courants comme "El Nino", des cisaillements des vents à certaines altitudes ou encore des courants atmosphériques. Le cinquième rapport du Giec pointait ainsi en 2013 des facteurs complexes qui peuvent influer sur le développement et le cycle de vie des cyclones tropicaux, estimant que leur intensité semblait augmenter avec le changement climatique sans pour autant tirer une conclusion définitive.


Annick Berger

Sur le
m¨ºme th¨¨me

Articles

Tout
TF1 Info