Covid-19 : la France face ¨¤ la 7e vague

Covid : les accords d'entreprise sur le t¨¦l¨¦travail multipli¨¦s par 10 entre 2017 et 2021

S¨¦bastie Mastrandreas
Publi¨¦ le 24 novembre 2022 ¨¤ 11h05
JT Perso

Source : JT 20h Semaine

En 2017, 390 accords d'entreprise portant sur le t¨¦l¨¦travail avaient ¨¦t¨¦ sign¨¦s, contre 4070 en 2021, selon la Dares.
Une pratique d¨¦velopp¨¦e avec la crise sanitaire, qui s'inscrit de plus en plus dans les cadres conventionnels.
La formule de deux jours par semaine domine, et les PME l'adoptent de plus en plus.

Une pratique qui s'est inscrite dans les usages avec l'arrivée du Covid-19 et son lot de confinements. Plus de 4000 accords d’entreprise portant sur le télétravail ont été signés en 2021, soit 10 fois plus qu’en 2017, rapporte une étude de la Direction de l'animation, de la recherche, des études et des statistiques (Dares) publiée mercredi 23 novembre. 

Dans le détail, les chiffres partagés dans l'étude montrent une augmentation fulgurante du recours au télétravail : 390 accords ont été signés en 2017 ; 1060 en 2018 ; 1490 en 2019 ; 2760 en 2020 et 4070 en 2021. On fait le point sur les caractéristiques de ce mode de travail, autrefois très peu répandu, qui s'inscrit de plus en plus dans les cadres conventionnels des entreprises, marquant son extension et sa pérennisation, dans de nouveaux secteurs notamment. 

Deux jours par semaine

Si les grandes entreprises ont largement adopté le télétravail avec la crise sanitaire, la diffusion de cette pratique s'étend "à de nouveaux profils d’entreprise, comme les petites structures" (les PME), souligne la Dares. Ainsi, 8% des entreprises de moins de 50 salariés avaient souscrit à des accords de télétravail en 2017 (soit 30 accords signés), contre 21% en 2021 (850 accords). Et dans les entreprises de 300 salariés ou plus, le nombre d'accords de télétravail a bondi, passant de 220 en 2017, à 1310 en 2021. Le secteur de l'industrie est le premier à télétravailler (moins de 100 accords signés en 2017, contre près de 900 en 2021). D'autres secteurs, eux, se sont ouverts progressivement à ce mode de travail, comme les transports ou la restauration.

Lire aussi

Quant au contenu des accords signés, "plus de la moitié est à durée d’application déterminée", nous apprend encore la Dares, qui a étudié un échantillon de 151 accords d'entreprises. Il s'agit d'une durée "courte", de 21 mois en moyenne, estime le rapport. L'autre moitié des accords porte sur du télétravail exceptionnel. Parmi les trois formes de télétravail proposées en entreprise (régulier, occasionnel, exceptionnel), c'est la formule régulière, de deux jours, qui domine. 

Enfin, "la mise à disposition d’équipements, comme un ordinateur portable, est traitée par 8 accords sur 10 et l’indemnisation des frais imputables au télétravail par moins de la moitié", relève la Dares. Les rappels au droit à la déconnexion et aux obligations de santé et sécurité vis-à-vis des salariés sont fréquents, "mais peu d’accords mettent en place des dispositifs de prévention spécifiques au télétravail", ajoute encore le rapport. À noter que les entreprises proposent fréquemment de mettre fin individuellement au télétravail, à tout moment, à la demande du salarié ou de l'employeur. 


S¨¦bastie Mastrandreas

Tout
TF1 Info